ecce artifex, ecce quod facit home

















contact
de picturis meis

On dit la photographie est une discipline analytique contrairement à la peinture qui est une discipline synthétique.
Certaines personnes ont une imagination analytique, certaines sont plutôt synthétique. Certains n'ont rien du tout. Je dispose sans aucun doute de beaucoup d'imagination.
De façon analytique ou de manière synthétique ... pour mon travail, j'ai besoin des deux.


Je me sers de la photographie comme "assistant", comme valet fidèle et compagnon, or que la peinture est mon médium et élément.

La peinture est l´activité la plus intense et la plus éxigente que je connais. Quand je peins il m´est  impossible de penser à autre chose. (Tout à fait comme en jouant un instrument de musique.) Je m'enfonce véritablement dans mon travail. Quand je peins, n´éxistent plus que mes yeux, mes outils et mes mains.
En outre, pour la peinture j'ai besoin du temps et de la concentration. Pour cela je préfère de travailler seul. J'évite les dérangements, appels téléphoniques, mails. Des heures peuvent passer qui me paraissent comme des minutes. Je me mets même le réveil pour ne pas oublier le temps. Quand je peins, il y a seulement de la peinture.

A la recherche des motifs et modèles, c'est tout à fait différent. Quand je sors chercher mes motifs, je prends mon appareil photographique et dirige tous les sens vers  "l´extérieur". Je me promène dans la rue et j´observe. Parfois j´ai un but déterminé, et parfois pas. Quand j'ai trouvé quelque chose ou quelqu'un, je prends le temps pour observer. Il m´arrive aussi que seulement j´observe ...  pour y revenir à une date ulterieur. Tout à fait comme je le sens. Si la situation le permets, j´essaie de tchatcher,
de m´approprier une partie de la personnalité. De "m´approcher". Ultérieurement cela servira pour la peinture. Le choix de mes motifs est toute à fait intuitif. Je m´interesse pour l'étrange, pour l'insignifiant, le beau, le repoussant, l´inexprimable - tout ce qui est en dehors de l'habituel.
Mais je ne juge pas. J´absorbe, simplement. C´est tout.

Aujourd'hui, en regardant des photographies on ne peut plus être sûr si ils avaient été retravaillées ou pas. .
A la peinture la question de l'authenticité ne se pose pas. La peinture, meme d´un charactère documentaire, est toujours filtré par l'oeuil et la main du peintre. Mais simultanément, le peintre joint sa propre vérité à sa peinture. C´est éxactement dans cette vérité que se trouve la grande force de la peinture.


Mes peintures sont des prises instantanées, mais naturellement, ma connaissance de l´avant et de l´après, ma connaissance de la situation globale influance ma peinture.
Les prises instantanées deviennent des histoires. C'est mon intention.


D´après un proverbe chinois, une bonne histoire fait des yeux des oreilles.
Un bon peintre fait d´une peinture une histoire.

Merci.


in english


auf deutsch










all content is © by Nicola Antonia Schmid, all rights reserved                                                                                                                                                                                                            impressum